Rechercher

Dire non est à la portée de tous et toutes!

Vous arrive-t-il de dire oui, alors qu’au plus profond de vous, c’est un « non », clair et évident qui résonne ? Vous arrive-t-il de ne pas vous autoriser à dire « non », par peur de … ? Vous arrive-t-il de ne pas savoir dire « non » à une pensée ou une émotion toxique ou négative ?

Dans cet article court, clair et facilement compréhensible, je vous partage mes expériences et mes prises de conscience tout au long de mon propre parcours et des parcours de vie que j’ai pu suivre.

L’opposition mentale ou émotionnelle frappe à la porte de votre conscience…

On vous demande un service, et vous dites « oui », de manière automatique, pour être gentil.le, pour être bien vu.e, pour ne pas provoquer de conflit ou d’opposition, … Il existe des dizaines de raisons possibles… et ensuite vous ressentez de la frustration de ne pas avoir su dire non. Vous êtes quelqu’un de bienveillant, de doux, d’empathique… et dire « non », peut remettre en question l’une de vos principales qualités et vous faire perdre une part de votre personnalité à laquelle vous tenez peut-être. Par ailleurs les êtres empathiques ressentent tellement les émotions de l’autre qu’ils se désaxent, et oublient ou mettent de côté leurs propres émotions. Ce qui m’est très souvent arrivée. Chez tous les êtres humains existe la peur d’être rejeté.e ou être mis.e au ban de la société, cette peur fait presque partie des peurs ancestrales… nous pouvons aussi inconsciemment être amené.e.s à dire « oui », de peur de ne plus faire partie d’un groupe, de la famille, … Et pour ceux et celles qui méditent, vous avez tous et toutes, déjà expérimenté, ces pensées ou émotions qui reviennent et sèment la zizanie dans votre conscience. Souvent nous disons « oui », sans être conscient.e de cette pensée ou émotion.


Derrière chaque non, il y a un oui, c’est à vous de choisir !

Oui et non sont les faces d’une même médaille, si vous êtes capable de dire « oui », vous êtes aussi capable de dire « non ». Je précise, si je dis « non » à un service que l’on m’a demandé de rendre, je vais dire « oui » à plus de temps passé avec mes enfants, ou avec moi-même ou avec la nature… et l’un n’a pas plus de valeur que l’autre. C’est vous qui définissez vos valeurs, personne d’autre ! Si dans vos valeurs (et j’espère que ce point s’y trouve, car il est essentiel) vous avez « prendre soin de soi », « honorer son corps », « se relier au moment présent » … alors vous passez d’abord votre décision à travers le filtre de vos valeurs. Ces valeurs, peuvent bien évidemment fluctuer selon le cours de votre vie, votre plan d’évolution et le jeu de cartes que vous avez en main, selon les différentes périodes de votre vie. Apprendre à dire « non », c’est oser être libre, c’est oser s’affirmer, c’est oser retrouver sa propre souveraineté, c’est oser être libre, c’est oser honorer la vie qui nous anime !


Comment savoir dire « non » avec sérénité et confiance ?

Tout d’abord :

Comprendre que dire oui ou non, ne changera rien à l’être unique, singulier et lumineux que vous êtes, et ne diminuera en rien votre valeur intrinsèque. Au contraire savoir dire « non », augmentera votre connexion à vos forces et vos qualités propres et votre humanité.

Prendre 3 respirations en conscience : j’inspire, je dis oui à la Vie et à mes valeurs, j’expire je diffuse cette énergie de vie colorée par mes propres valeurs en moi (paix, compassion, partage, …).

Exercice d’évacuation des tensions : Imaginer ces peurs comme de la fumée noire. Inspirez, retenez votre souffle quelques secondes, exercez une légère tension dans le corps en contractant le périnée, l’abdomen, le plexus, la gorge, le front, le sommet de la tête, et vous soufflez et laissez partir la fumée noire comprenant toute tension (peur, ou autres toxicités qui ne vous appartiennent pas). Sentez tout le corps se relâcher. A réaliser trois fois de suite.

Si la peur de dire « non » est là, observez où est ce non, dans votre corps : dans la gorge, dans le plexus, dans le bassin… Notez les sensations dans cette zone, juste les perceptions (forme, couleur, picotements, tension, contraction, …) Puis focalisez votre attention sur une partie du corps détendue, calme et apaisée. Accueillez les sensations de cette partie : chaleur, calme, présence, douceur, lumière, couleur, … Inspirez, votre attention reste sur cette partie détendue de votre corps, puis en expirant, en soufflant par votre bouche répandez cet apaisement dans l’ensemble du corps jusqu’à la partie tendue précédemment. Imaginez comme une douce lumière qui vient éclairer les zones sombres et y diluer toute ombre, ou tâche sombre. La lumière de notre conscience est la vibration la plus puissante qui permet de nous relier au moment présent et à notre être intrinsèque. Recommencez plusieurs fois.

Repensez à un moment de votre vie, où vous vous êtes affirmé.e et reconnectez votre corps à cette force et confiance en vous. Si aucun souvenir ne vient, pensez à une situation qui vous mettrait dans un état de choc, parce qu’elle porte une atteinte grave à l’une de vos valeurs. Par exemple, pour moi, ce serait de faire souffrir un enfant, un animal ou la nature. Alors vous pouvez ressentir une puissance tellement grande, que la question du oui ou du non ne se pose pas, le non s’impose d’office, et c’est un non à la fois puissant et doux, car il ne cherche pas l’opposition, il cherche à amener de la lumière dans la nuit. (Voir mon article sur le Soleil et la Lune)

Répétez ces phrases comme des mantras (approche tirée de la méthode de Logosynthèse)

1. Je récupère en toute sécurité toute mon énergie liée à ce « non » et je la réinstalle à sa juste place en moi.

2. Je me détache de toute énergie ne m’appartenant pas, liée à ce « non » et je la renvoie là où elle doit être à sa juste place.

3. Je récupère toute mon énergie investie dans les réactions émotionnelles en lien avec cette situation, et je la ramène à sa juste place en moi.

4. J'harmonise toutes mes structures, mes systèmes et mes corps énergétiques à un nouvel état et niveau de conscience, éclairée et ouverte.

Sortir de chez soi et aller marcher, à chaque pas posé, vous vous dites : j’inspire, je sais dire oui, j’expire, je sais dire non. A vous de choisir le rythme, un pas, une inspiration, un pas, une expiration, ou un pas, une inspiration et une expiration, … C’est une marche méditative que j’ai apprise au village des Pruniers et que j’ai adaptée. Un oui et un non en alternance, pour retrouver un état d’équilibre, et choisir la voie la plus juste pour soi, celle du positionnement sans être englué.e dans la réaction émotionnelle ou la dualité cognitive.

Comprendre que si vous dites un « non vrai » plutôt qu’un « oui faux », vous allez propager une énergie beaucoup plus vibrante et puissante dans la relation. Un « non » dit avec authenticité et bienveillance renforce plus la relation qu’un « non » dit en portant un masque de « gentil.le », ou en se laissant happé.e par toute peur dissimulée derrière le masque.

Savoir qu’en disant « non » vous allez inspirer votre interlocuteur et votre entourage

En disant non, vous renforcez votre capacité de confiance en vous.

Transformez vos « Et si » en « Et si » nourrissant, positif et juste. Par exemple, et si je dis « non », « Il ne m’aime plus. » ou « Je n’aurai pas de prime. », ou encore « je ne serai plus apprécié.e pour qui je suis. » … Je remplace par « Et si en disant non, je renforce ma relation de confiance et d’authenticité. », « Et si en disant non, je montre que je sais m’affirmer, que je suis capable d’assumer mon opinion. », « Et si en disant non, je donne l’exemple, j’inspire les autres autour de moi, je leur montre qu’il est essentiel de ne pas se laisser envahir par la peur de dire non, en osant dire oui à ce qui nous semble juste, bon et vrai. »


Merci d’être qui vous êtes.

Avec Compassion, Foi, Gratitude, Joie & Reliance.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

La douleur chronique, qui touche 19 % des adultes en Europe (1), peut être invalidante et avoir des conséquences dévastatrices au niveau so- cial, psychologique et financier. Mais saviez-vous que c’es